Historique de l'école

L'histoire de l'école Sainte Jeanne d'Arc est étroitement liée à celle des religieuses de Saint-Joseph.
En effet, en 1837, Monseigneur de La Croix, alors évêque de Gap, avait besoin de l'aide d'une congrégation enseignante et hospitalière. Il fit appel à celle des soeurs de Saint-Joseph, établie dans le Diocèse de Belley (Ain).
Filles d'obéissance, Mère Saint-Joseph Chanay, qui dirigeait la Congrégation de l'Ain, et deux autres religieuses, Soeur Marie Gertrude et Soeur Marie Vilfrid, quittèrent Belley au premier mot de leur évêque sans prendre le temps de faire des préparatifs.

Monseigneur de La Croix, alors en Corse, ne put revenir à Gap que le 3 janvier 1838, à cause du mauvais temps qui retarda la traversée. Son premier soin fut de rendre visite aux trois soeurs et de les installer dans une maison rachetée au Sieur Borel, dans la rue de l'Hôpital (aujourd'hui rue David Martin).

Les Soeurs aidées de quelques postulantes, transformèrent dès le printemps, la maison de manière à contenir non seulement un noviciat mais aussi une école pour les enfants de la ville. Soeur Sainte Chantal succéda à soeur Saint-Joseph. Les années de son gouvernement furent marquées par une extension toujours plus grande de la Congrégation. Sollicitée par les autorités municipales et les populations, elle ouvre des écoles dans les Basses Alpes (Alpes de Haute Provence), le var, et dessert plusieurs hôpitaux dans ces mêmes départements.

A Gap, elle achète les maisons attenantes, les démolit et construit en 1853 une vaste chapelle à leur emplacement. C'est cette chapelle, dont la surface a été réduite pour construire une classe supplémentaire,et un escalier qui, de nos jours, réunit les élèves pour les célébrations.
En 1854, le choléra sévit avec une rare violence dans la ville. Les soeurs décident de fermer l'école et de se consacrer uniquement au soin des malades.
Mère Sainte Chantal fait un peu plus tard l'acquisition d'une grande propriété admirablement située au pied de la colline de Puymaure, aux portes de la ville, pour y établir le moment venu une maison mère et un noviciat.

En 1858 un décret du Ministère de l'Instruction Publique confère la direction du cours normal d'institutrice à Mère Céleste, successeur de Sainte Mère Chantal.
Le 12 juin 1864, Mère Céleste pose la première pierre du Couvent de Puymaure (aujourd'hui Collège Saint Joseph).
La communauté s'y installe le 22 septembre 1867.

La séparation de l’Eglise et de l'Etat provoque au début du 20ème siècle l'exil des soeurs vers l'Italie et la Belgique. Les demoiselles Clément, amies des soeurs, assurent avec dévouement la succession des religieuses de 1905 à 1935, années de leur retour.
En 1954, la communauté des religieuses de Saint-Joseph fusionne avec celle de Lyon.
En 1978, l’école, rue David Martin est devenue trop petite pour accueillir le nombre d’élèves croissant.
C’est alors que venant frapper à la porte du Couvent de la Providence, les religieuses y ont accueilli une classe, puis plusieurs sous leur protection.

En avril 2007, à la suite du rachat par la municipalité de Gap, du bâtiment de la Providence, une nouvelle école maternelle a été inaugurée grâce au soutien bienveillant des religieuses.

Directeurs de l'école depuis 1905

1905

1920

1935

1941

1972

1975

1977

1998

2007

2013

2021

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

1920

1935

1941

1972

1975

1977

1998

2006

2013

2021

aujourd'hui

Mesdemoiselles Clément

Mademoiselle Louise Dupont

Soeur Valentine Gontard

Soeur Elisabeth Gabert

Soeur Bénédicte Ville

Soeur Marie-Xavier Couvert

Madame Yvette Freudenreich

Madame Elisabeth Meyer

Madame Hélène Garnier

Monsieur Patrick Perchain

Madame Anne-Lise NOWODWORSKY